L‘ histoire du système d’aquaponie

 

 



Le mot aquaponie est un mot-valise venant des termes aquaculture et hydroponie.





En 1985, McMurtry et Sanders développent sous le nom de „Integrated Aqua-Vegeculture System“ 

un système commercial d’aquaponie permettant la transformation sur un filtre à sable des déjections 

de cichlides de type tilapia par les algues et les bactéries pour la culture des tomates.

La recherche fondamentale initiée par McMurtry et Sanders a été approfondie par l’université des 

Iles Vierges américaines dans un programme spécial de recherche sur l’aquaponie et l’aquaculture.

Entretemps, des systèmes aquaponiques peuvent être trouvés depuis les plus petits jusqu’aux 

grands, exploités à but commercial. Ils existent dans le monde entier et sont utilisés aussi bien dans 

les pays développés que dans ceux en voie de développement.

Dans un système d’aquaponie, il n’est pas nécessaire de changer l’eau ou même de la filtrer, car dans 

le processus de purification biologique décrit, elle retrouve la bonne qualité qu’il faut pour l’élevage 

des poissons. Ainsi, l’on n’est pas confronté au problème écologique d’eutrophisation des eaux 

naturelles qui se présenterait s’il fallait se débarrasser des eaux usées en provenance de 

l’aquaculture, tout en négligeant le règlement.

L’eau fraiche n’y est ajoutée  qu’en cas de perte suite à l’absorption par les plantes, qu’en cas 

d’évapotranspiration ou d’extraction de la biomasse du système.